Message de S.Ém. Jetsün Khandro Rinpoché (21 novembre 2010)

Message de S.Ém. Jetsün Khandro Rinpoché (21 novembre 2010)

Le Renoncement dans la Tradition Bouddhiste

Chers amis, chères amies,

Au nom du Monastère Mindrolling en Inde, je voudrais rendre hommage à la merveilleuse vision et aux efforts de Swami Atmananda Ji et de tous les membres de l’Ajatananda Ashram.

Dans le monde d’aujourd’hui, avec tous les malentendus et les conflits qui découlent du manque de compassion, de tolérance et d’une véritable compréhension du potentiel humain le plus profond, cet effort pour établir un dialogue interreligieux autour du Renoncement constitue un point de convergence prometteur pour nous tous. Nous avons grand espoir qu’il apportera à beaucoup une prise de conscience, une compréhension et un sentiment de paix.

La vision bouddhiste du renoncement ne consiste pas à s’éloigner des autres mais à renoncer à l’ego ou au “moi” et à favoriser une introspection afin de susciter une sagesse éclairant la bonté fondamentale, la qualité essentielle de chaque être humain.

Il est dit que, bien que cette capacité et la nécessité de reconnaître ce potentiel humain nous soient inhérentes, il n’en reste pas moins que la réalisation de notre nature fondamentale intérieure échappe presque toujours à notre mental et qu’il nous est difficile de la voir ou de la réaliser parce que nous sommes aveuglés par les nombreuses distractions des activités de ce monde et que nous sommes ainsi plongés toujours davantage dans le samsara.

C’est en gardant à l’esprit ce problème posé par les nombreuses distractions du samsara que nos grands maîtres éveillés des différentes traditions ont tous souligné l’importance de la contemplation et du renoncement comme moyen de reconnaître notre nature fondamentale et de développer une entière confiance en elle.

Le renoncement est une approche essentielle dans les pratiques bouddhistes, mais dans le monde moderne, il est souvent mal compris et de nombreux pratiquants le considèrent comme un chemin difficile ou inutile, voire égocentrique, et se trouvent souvent incapables de s’y relier. Mais ce type de pensée témoigne de l’ignorance quant à l’intention du renoncement. Lorsque l’on prononce les vœux de la Pratimoksha, on s’engage en fait dans la discipline qui consiste à parvenir au pur abandon de soi, et avec les vœux du Vinaya, on cultive l’humilité du corps, de la parole et de l’esprit, et on considère ainsi que c’est la voie qui libère le soi de l’asservissement à l’ego. La base fondamentale des vœux de renoncement consiste à s’abstenir de nuire aux autres. C’est pourquoi on parle aussi d’éthique ou de discipline lorsque l’on s’efforce de renoncer complètement à nuire à autrui. Comment cela pourrait-il être inutile ou sans importance face à tous les troubles et à toutes les souffrances que le monde et les êtres qui y vivent connaissent aujourd’hui ? Comment peut-on ne pas voir son importance et sa pertinence dans nos vies aujourd’hui ?

L’entraînement à l’observation des vœux de Pratimoksha consiste avant tout à éviter toutes les actions négatives qui pourraient être source de souffrance et d’affliction mentale pour soi-même et pour les autres. Cela permet de briser la chaîne des habitudes et des tendances négatives en établissant une base solide sur le chemin d’une pratique source de paix, de joie et de bienfaits pour soi-même et tous les êtres sensibles. Tant que notre mental est faible et attiré par la cause de nos émotions, il est facile d’être influencé ou submergé par la colère, le désir et la confusion. Les vœux sont en fait une protection pour éviter d’être confronté avec les afflictions mentales ou leur source. Dans la tradition bouddhiste, une fois que notre mental a acquis la force de se tenir debout tout seul (ou dans sa vraie nature), en subissant une influence moindre des activités physiques ou extérieures, on peut mettre davantage l’accent sur les activités d’un bodhisattva ou sur l’ouverture vers l’extérieur afin de libérer tous les êtres sensibles de la dukkha du samsara. C’est dans cette optique que le renoncement est considéré comme le fondement sur lequel peut naître en chacun une compassion plus vraie et plus directe.

C’est pourquoi nous sommes vraiment réconfortés et ravis de voir que cette retraite se tient à l’occasion du centième anniversaire de la naissance de Sri Swami Abhishiktananda et qu’elle célèbre son œuvre et sa vision d’une communauté de moines et moniales de différentes traditions, tous à la recherche de la Vérité. Nous prions sincèrement pour que tous les participants y retirent un grand bienfait et que toutes les personnes spirituelles et les fidèles de diverses traditions deviennent plus conscients et comprennent mieux l’importance vitale du renoncement comme chemin vers la paix. Puisse cet événement favorable ouvrir réellement la voie à une compréhension mutuelle entre toutes les précieuses traditions et croyances et que la sagesse qui émane de cette vision inspire d’autres personnes à suivre cet exemple remarquable et inspirant.

Avec mes humbles salutations et mes respects,

Mindrolling Jetsün Khandro Rinpoche

* Son Éminence Jetsün Khandro Rinpoché est une importante lama du Vihara Nyingmapa Mahabuddha, Clementown, Dehradun (Uttarakhand). Elle dirige de nombreux centres de pratique et de méditation à travers le monde.

 


Informations sur le formulaire de donation

Une fois arrivé sur le formulaire, intitulé ‘Donation à l’association Les Amis d’Ajatananda Ashram pour soutenir l’Ashram‘, vous allez pouvoir choisir :

Carte bancaire

Du fait de l’intégration à la plateforme de paiement sécurisée Stripe, nous vous encourageons à utiliser de préférence cette méthode.

PayPal

De même, grâce à Stripe, cette méthode est tout à fait utilisable mais les frais PayPal sont de 1,4% + 0,25 €

Hors-ligne : Chèque (uniquement valable pour la France) ou Virement bancaire

Vous pourrez nous adresser un chèque ou un virement (aucun frais pour les virements dans la zone SEPA) du montant choisi, à l’ordre de : Association Les Amis d’Ajatananda Ashram. Votre don sera indiqué comme ‘pending’ (= ‘en attente’), jusqu’à ce que nous ayons reçu chèque ou virement.

Virement international – Merci de préciser à votre banque : “frais pris en charge par l’émetteur ” !